Quand on parle junior, on parle relève, relève suisse. Il est donc important de se concentrer sur le championnat junior. D'ailleurs, il y a des clubs avec une histoire ancrée dans le inline hockey dont on ne peux douter, comme Rossemaison, qui plusieurs fois champion suisse est un des leaders indiscutable. Mais est-ce un automatisme, les équipes sont elles contraintes à rester en dessous ou au-dessus de la barre des playoffs ? Il paraît d'une part que oui, les clubs avec une histoire dans le inline ainsi qu'une relève ayant quelques années d'expérience dans les patins ont une place assurée dans le haut du tableau. Mais d'autre part, pourquoi n'y aurait-il pas une surprise avec des clubs plus ou moins inattendus qui pourraient causer des torts aux meilleurs ?

 

Dans le championnat junior en tout cas, des clivages de force entre les clubs sont relativement marqués. En effet, la prédiction de la victoire d'une équipe est souvent facile à pronostiquer. Pour preuve, les quatre équipes les plus attendues en playoffs dans le groupe A l'année précédente ont participé aux playoffs. Buix, Rossemaison B, La Broye et Bienne Skater 90 ( en suivant l'ordre du classement ) étaient pronostiquées pour le tour suivant. Seule La Baroche aurait pu tenter d'y accéder. Buix qui semblait avoir le meilleur effectif dès le début de la saison nous l'a démontré en gagnant à 12 reprises. L'équipe aux 36 points n'a laissé aucune chance aux rivaux en se démarquant, principalement avec la meilleure défense ( 60 buts encaissés soit une moyenne de 4.3 buts par matchs ). Vieux de 31 ans, le club jurassien a une histoire bien ancrée dans le milieu. Il paraît logique qu'un jour ou l'autre, les années préparent les jeunes à jouer la première place. Deuxième ( en 2016 ), Rossemaison B a pu avoir une main mise sur le championnat, notamment avec sa nouvelle salle. Cette fois-ci, nous avons à faire à la meilleure attaque du championnat, avec 130 balles au fond des filets ( 9.3 buts par match en moyenne ), les mustangs se sont qualifiés avec 33 points et un jeu particulièrement organisé. Encore une fois, il s'agit d'un club, dit "père du inline skater" avec ces 32 ans d'existence. Il est donc logique que le club s'affirme en catégorie junior. Mais c'est sans parler de Rossemaison A, le titan. Avec ces 37 points en 16 matchs, c'est une machine qui a été mise en route par l'entraîneur Cédric Seuret, qui sera remplacé en 2017 par Gregory Koulmey. Le ratio de 12.5 buts par match est sans appel, le SHC Rossemaison a réussi grâce à son histoire à mettre sur pied une relève solide. D'ailleurs, le groupe B, certainement le plus intéressant réunissait de grands clubs, comme Avenches. Le club a su imposer à presque tous son autorité. Avec 3 points de moins que Rossemaison A, c'est non pas le titan, mais le géant, car oui, Rossemaison reste meilleur, en tout cas dans les faits. En fait, le groupe B est resté serré, mais Malcantone, Avenches et Rossemaison A se sont décrochés. Le duel entre Wiggertal et Salayuca était lui très serré ( 29 points pour Wiggertal et 28 pour Salayuca ) reflètant bien que les plus jeunes peuvent accéder aux playoffs.

 

C'est ce qu'on a pu voir, car Wiggertal est seulement âgé de 5 ans et est déjà champion suisse 2016 après seulement 4 ans d'existence, le club alémanique s'est qualifié pour les playoffs et a soulevé le titre après sa victoire sur Rossemaison A le 30 octobre 2016. C'est la preuve même que les plus jeunes clubs peuvent faire trembler les plus grands à la façon de David et Goliath. C'est exactement ce qu'il s'est passé en tout cas l'année dernière. En plus, il est intéressant de souligner qu'Aire-la-ville est venu s'imposer à La Broye 4-3 en prolongation grâce à Mathieu Walker le prodige de 14 ans, montrant que les clubs les plus jeunes sont capables de tout. Le club genevois s'est d'ailleurs amélioré lors de sa deuxième année. Lors de leur entrée en lice, ils n'ont gagné que contre La Neuveville, dernière du groupe A. L'année 2016 fut un grand pas en avant : 11 points. Une évolution au classement certes maigre, mais qui met en avant le gain d'expérience du club. Un peu à la manière de Wolfurt ( 7ème du groupe B ) qui a su venir à bout de Rossemaison A. C'est le petit poucet qui est venu battre Goliath chez lui. C'est donc des créations de surprises qui font du championnat suisse un championnat intéressant. 

Cependant, ces renversements de situation ne s'actent pas par des playoffs. Alors est-ce que les clubs les plus jeunes réussiront à créer la surprise ? Il est, en tout cas, évident que les clubs à surveiller sont le IHC Aire-la-ville, le club de La Vallée et Léchelles, nouveaux-nés du inline junior. Il reste quand même d'actualité que le club jurassien Rossemaison est annoncé comme favori avec Buix, Avenches et le tenant du titre Wiggertal. Les clubs de longues dates sont assurément les meilleurs au niveau du jeu. Mais il y aura peut-être des surprises, en tout cas, nous l'espérons !

 

Nous en saurons un peu plus lors du tirage au sort des groupes. En tout cas, nous aurons une réponse d'ici août quant au dénouement du championnat. 

 

Article : Jeremy Torrent