Rossemaison II sera un des grands favoris à la succession de Novaggio en LNB. Je vous l’écris noir sur blanc. Vendredi soir, comme toujours ou presque, ils ont dominé les débats dans leur salle fétiche. Courroux, combattant, manquait tout simplement d’armes pour pouvoir s’imposer chez leur meilleur ennemi. La défaite 9 à 5 paraît peut-être lourde au premier coup d’œil. Toutefois, les Wolfies ont su se battre pendant de longues minutes. Leur portier Xavier Dubois a réalisé des parades décisives. Finalement, c’est la réserve rossignole qui a eu le dernier mot. En fait, on n’en doute plus. A domicile, toutes les équipes de Rossemaison sont tellement difficiles à aller chercher. Résumé de cette rencontre, de ce premier derby palpitant.

Le match débutait fort. Courroux comme Rossemaison voulaient ouvrir le score. Mais, en supériorité numérique, Sébastien Koulmey inscrivait le premier but de la rencontre. Bien inspirés dans cet exercice du power-play, les Rossignols ne pouvaient pas mieux entrer dans leur rencontre. Mais, en face, on ne baissait pas les bras. Fabien Günter en est la preuve. Le jeune joueur des Wolfies récupérait la balle dans l’arrondi puis égalisait dans un angle plutôt fermé. Et ce après seulement 6 minutes de jeu. La partie continuait à s’emballer. Dylan Seuret offrait un caviar à Bastien Studer, le topsniper rossignol. Il ne se faisait pas prier pour mettre le 2 à 1. La fin du premier tiers ne donnait plus droit à de nouveaux buts. C’était grâce (ou à cause) à deux excellents portiers, Jean Merçay et Xavier Dubois. Celui de Courroux, Dubois, devait faire face à des ribambelles de tirs. Weiss, Koulmey ou encore Stemer s’offraient de belles occasions de mettre le troisième. Chez les Wolfies, Mathieu Wüst et Fabien Günter notamment amenaient le danger à plusieurs reprises.

Power-play inefficace

Il ne fallait pas rater le début du deuxième tiers. Avec un homme de moins sur la piste, Rossemaison creusait l’écart. C’était Clément Stemer à la finition. Puis, les Loups se réveillaient. Grâce à un rebond dans la bande, Gaël Jolidon, bien placé, réduisait le score 36 secondes plus tard. Moins d’une minute plus tard, Fabien Günter s’offrait le doublé et égalisait. Coup double du N°12 des Wolfies. 3-3. Mais Courroux écopait d’une pénalité bien inutile. Vingt-trois secondes après, Bastien Studer offrait une nouvelle longueur à Rossemaison. Puis, Julian Helfer se faisait l’auteur d’un de ces gestes que personne n’aime voir dans la bande. Il prenait la direction de la prison pour cinq minutes. Courroux bafouillait alors son skater hockey et n’arrivait pas à amener le danger devant les buts de Merçay. Le temps mort de Sébastien Kohler n’y changera rien. Les Wolfies n’ont pas encore trouvé un power-play fonctionnel. Et ce manque d’inspiration allait se payer cash. Helfer et Studer (pour un hat trick!), eux, ne manquaient pas de réalisme devant la cage de Dubois. Résultat des courses après deux « vingt »: 6 à 3. 

Rossemaison reste leader

Au courage, Courroux n’abandonnait pas. Forster réduisait une première fois le score. Mais Clément Stemer répondait trente secondes plus tard. Ensuite, Jolan Durand offrait une nouvelle lueur d’espoir à Courroux. Les Wolfies auront des regrets puisque, Mathieu Wüst, notamment, auraient pu permettre à ses coéquipiers de revenir à une petite longueur de Rossemaison. Très bon dans le jeu, le topsniper des Loups n’a pas réussi à trouver la solution face à Merçay pendant ce derby. Gilles Rohrer tuait tout suspense à trois minutes de la fin en mettant le 8 à 5. En fin de rencontre, Sébastien Koulmey soignait encore ses statistiques.

Bref, quelques leçons sont à tirer de ce match. Ce Rossemaison-là, c’est fort. Très fort. Mais quelques erreurs défensives démontrent qu’ils ne sont pas non plus imbattables. Courroux continue d’apprendre en salle. Malheureusement le niveau de l’adversaire était trop élevé. Mais ces Wolfies devraient toutefois pouvoir se qualifier pour les play-offs. Même s’ils n’ont que trois points en autant de rencontres, ils n’ont encore pas joué à domicile. Bref, un premier beau derby. Tout le monde a joué le jeu. Il y a eu de la vitesse, de beaux gestes et de magnifiques derbys.

Rossemaison II - Courroux Wolfies 9-5 (2-1 4-2 3-2)

Rossemaison: Merçay, Simon, Weiss, Stemer, Koulmey, Gagnebin, Rohrer, Helfer, Péteut, Studer, Seuret, Comment, Schaffter, Dick, Bourquard. Coach: Cédric Seuret.

Courroux: Dubois, M.Günter, Wermeille, Geiser, Cerf, Ferrari, Oppliger, Wüst, Jolidon, Merz, Durand, F.Günter, Forster.

Buts: 04’35’’ Koulmey (Studer) 1-0 (à 4c3). 05’53’’ F.Günter 1-1. 07’13’’ Studer (Seuret) 2-1. 22’19’’ Stemer 3-1 (à 3c4!). 22’55’’ Jolidon (Wermeille) 3-2. 23’44’’ F.Günter (Forster) 3-3. 25’02’’ Studer (Stemer) 4-3 (à 4c3). 32’47’’ Helfer (Weiss) 5-3. 37’52’’ Studer (Koulmey) 6-3. 46’59’’ Forster (F.Günter) 6-4 (à 4c3). 47’34’’ Stemer (Studer) 7-4. 53’22’’ Durand (Jolidon) 7-5. 57’37’’ Rohrer (Dick) 8-5. 59’06’’ Koulmey (Stemer).

Notes: Forum Biwi, 126 spectateurs. Arbitres de la rencontre : MM. Oberson et Baumgartner. Pénalités: 3x2’ + 5’ (Helfer) contre Rossemaison. 4x2’ contre Courroux.

Etoiles du match 

***** Bastien Studer 

**** Fabien Günter

*** Xavier Dubois

** Clément Stemer

Sébastien Koulmey

 

Article : Joris Chappatte

Photos : David Stemer