stadelmann3
La gardienne du SHC La Baroche, Audrey Stadelmann, se confie à topsniper.ch suite à son premier titre de champion suisse. La jeune femme n'est pas encore prête à raccrocher les patins pour se consacrer à une future maternité. Elle dit prendre beaucoup de plaisir à jouer avec les femmes (SHC La Baroche) et les hommes (SHC Fontenais). On ne vous en dit pas plus et on vous laisse découvrir la suite ci-dessous

TOPSNIPER.CH : Salut Audrey, tout d'abord félicitations après votre titre de championnes suisses 2017 avec le SHC La Baroche. Tu l'attendais depuis un moment ce titre. L'as-tu fêté aussi dignement que cette attente?
Audrey Stadelmann : Hello, merci :) Oui, nous avons fêté ce titre jusqu'au petit matin. C'était un moment indescriptible qui restera graver pour toujours.

Est-ce qu'en début de saison tu t'es dit qu'il y avait quelque chose à faire avec cette équipe ou c'est au fil des matchs que tu en as pris conscience ?
C'est au fil des victoires que j'ai commencé à rêver de la coupe mais je crois que je n'ai pas encore réalisé que nous l'avons gagnée. C'était une saison incroyable où tout nous a réussi et c'est surtout un grand travail d'équipe.

Une finale en 2015, une saison 2016 ratée et ce titre de champion cette année. Comment expliques-tu ces hauts et ces bas dans votre équipe ?
Je ne l'explique pas vraiment mais je pense que c'est dû au changement d'entraineur ainsi qu'à l'état d'esprit des filles. Nous nous sommes remises en question après l'année 2016 catastrophique et les objectifs ont été placés dès le début de saison 2017 ainsi toutes les filles tiraient à la même corde pour commencer la nouvelle saison.

Quels ont été les clefs de votre succès lors de la finale contre le SHC Courroux ?
Carole Pape (rire)
Non plus sérieusement, je pense que c'est notre envie et le fait qu'on soit très soudées.

Lors de l'acte 2, vous êtes dominés 6-3 à 10 minutes de la fin avant que Carole Pape, avec 3 buts, démontre une fois de plus tout son talent et c'est Sandie Clerc qui vous délivre en prolongation. C'est un scénario qui était peu prévisible ?
Je crois qu'aucun scénario n'était prévisible. Les « anciennes » nous ont montrés l'exemple et appris qu'il faut y croire jusqu'à la sonnerie finale.

stadelmann1

Les deux joueuses précitées ne sont pas à l'aube de leur carrière. Un jour ça sera difficile de les remplacer ?
Oui bien évidemment. Elles ont surtout un état d'esprit incroyable et ne baissent jamais les bras avant la fin du match. Preuve faite lors du dernier match de la finale.

Avant cette finale, les gardiennes ont eu un impact décisif dans les play-offs. Tu as été impressionnante en accordant que 6 buts en 3 matchs. Tu te sentais en pleine possession de tes moyens ?
Non pas vraiment. J'étais très stressée, je n'avais jamais vécu des play-offs en étant que gardienne titulaire. J'ai la chance d'avoir une équipe très soudée ce qui m'a beaucoup aidé.

Lors du dernier match, tu as accordé 6 buts. Est-ce que c'est la tension de ce match qui ne t'a pas permis de rendre une aussi belle fiche que lors des trois derniers matchs ou faut-il donner du crédit aux Wolfettes ?
C'est sûr qu'à chaque match de play-off, la tension devient plus forte. Mais je ne saurais dire si c'est la tension ou Courroux qui a très bien joué (rire).

Pourquoi as-tu décidé de jouer à ce poste de gardienne plutôt qu'à une autre place ?
Quand j'ai commencé, j'ai fait un entrainement à chaque poste et je n'ai tout simplement plus voulu quitter le but.

Trois équipes jurassiennes se sont retrouvées en demi-finale du championnat. C'est bien pour la région, mais ça montre un manque au niveau suisse. Quel est ton sentiment sur ce sujet ?
Je ne sais pas à quoi c'est dû mais c'est sûr qu'au Jura le inline est un sport très suivi peut-être plus que dans les autres cantons.

L'année prochaine, tu disputeras ta deuxième coupe d'Europe. Quels souvenirs gardes-tu de la 1ère édition ?
Nous n'avions pas fait un très beau tournoi mais partir au Danemark pour jouer notre sport était une sacré aventure.

Et pour 2018. Qu'attends-tu de cette Coupe d'Europe ?
Au vu de notre saison 2017, je pense qu'on peut espérer être sur le podium.

Votre duo d'entraineur (Lionel Poupon et Christian Fady) a décidé de ne pas poursuivre leur mandat pour 2018. Avez-vous déjà trouvé la perle rare ?
Non malheureusement, ils seront durs à remplacer. Mais, je pense que je peux parler pour toute l'équipe, en disant que si Lio et Christian veulent revenir sur leur décision, nous serions enchantées (rire).

stadelmann

Pendant la saison, nous avons parlé dans une de nos chroniques que vous aviez une belle ambiance et que vous retrouviez souvent ensemble en dehors de matchs, voir plus précisément devant la buvette de votre club. Ose-t-on dire que la cotisation annuelle est un maigre budget par rapport aux dépenses annexes ?
Ah ça.. (rire). la coti par rapport aux bouteilles de vin de suraux consommées ce n'est rien. Mais ce sont des moments importants pour créer des liens dans une équipe.

Tu as ta licence avec le SHC La Baroche, mais ta licence B est du côté de Fontenais pour pouvoir jouer avec leur 2ème équipe. As-tu autant de plaisir à jouer avec les hommes ?
Je rectifie : ma licence principale est à Fontenais et je joue en licence b avec les filles.
J'ai tout autant de plaisir de jouer avec les hommes surtout que mon équipe est super et que mes coéquipiers prennent soin de moi (rires).
C'est différent de jouer avec les hommes mais ça me permet d'énormément progresser car le jeu est plus fort et plus rapide.

Espères-tu jouer un jour dans la même équipe que ton ami (Aurélien Mancini) qui joue actuellement en 1ère ligue avec Fontenais ?
Il est vrai que cela serait sympas de jouer avec lui mais ce n'est pas plus mal d'avoir chacun son équipe et de garder un peu d'indépendance.

Est-ce que ce double championnat est nécessaire pour permettre aux femmes de progresser encore un peu plus ?
Pour ma part, c'est le cas. Mais je pense que c'est personnel car comme le jeu est différent avec les hommes, cela peut ne pas convenir à toutes les filles.

C'est quoi topsniper.ch pour toi ?

Un super site pour se tenir informé de l'actualité du inline.

 

LES QUESTIONS QUI FÀCHENT

Es-tu une mauvaise perdante ? Je n'aime pas perdre mais si on a donné le maximum et qu'on perd quand même, je l'accepte.

Quel est ton pire défaut sur un terrain ?  Il faut demander à mes coéquipières (rires)

As-tu déjà donné un mauvais coup volontairement ? Oui malheureusement, surtout en play-off car la pression est énorme.

Es-tu meilleur au 3ème tiers ou au 4ème tiers ? Au 4e tiers. Pour jouer celui-là, il n'y a jamais aucun problème.

Peux-tu gueuler sur un coéquipier en cas d'erreur défensive ? Non, car je fais aussi des erreurs.

T'arrive-t-il de faire la fête la veille d'un match ? Répondre que non serait mentir.

 

La-baroche-2017-femmes 

SI TU DEVAIS RETENIR :
Coach : Lionel Poupon
Gardien : Jonas Hiller
Coéquipier : toute mon équipe
Adversaire : Ma soeur, Vannesa. C'est toujours un stress supplémentaire de jouer contre elle car je ne veux pas qu'elle me marque un but.
Arbitre : joker
Victoire : la finale contre Courroux :)
Défaite : j'essaye de les oublier
But : le but de Sandie en prolongations qui nous fait gagner le titre

baroche-femme-champion-suisse

Photo : Colin Girard (C.G Photographie) 

Liker ou partager cette page

Contact TOP-SNIPER.CH

Vos informations et vos questions:
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Téléphone 078 842 86 26 
Lundi  au vendredi : 18h00 - 21h00
Samedi et dimanche : 10h00 - 20h00

Vos victoires font notre succès!

N'hésitez pas à nous envoyer vos informations. Nous nous ferons un plaisir de les relayer.
Vos fichiers audio, vidéo ou scripts peuvent être envoyés par whatsapp ou par sms au 078 842 86 26 mais également sur notre mail

 

Réalisation et design du site

GOS-prod